Cascade médicamenteuse : de l’allopurinol à la démence

Une patiente de 70 ans est admise à l’hôpital pour apparition de troubles cognitifs et hallucinations visuelles (lorsqu’elle va se coucher, elle voit des chats morts dans sa chambre). On suspecte une entrée en démence. La patiente a des démangeaisons avec des lésions de grattage sur tout le corps qui l’empêchent de dormir malgré son antihistaminique sédatif.

Son traitement :

-Zyloric° (allopurinol) 300mg 1x/j
-Coversyl Plus° (périndopril/indapamide) 5/2,5mg 1x/j
-Atarax° (hydroxyzine) 25mg 1x/j au coucher
-Metformax° (metformine) 850mg 2x/j

Revue de médication :

La patiente n’a jamais présenté de crises de goute ni de lithiases rénales. Le Zyloric° a donc été prescrit pour une hyperuricémie biologique (trop d’acide urique dans le sang) en prévention. Cette hyperuricémie est un effet indésirable fréquent des diurétiques thiazidiques dont l‘indapamide contenu dans l’association Coversyl Plus° fait partie.

L’effet indésirable le plus fréquent du Zyloric° est le prurit (démangeaisons), raison pour laquelle la patiente continue à se gratter malgré l’Atarax°.

L’Atarax° est un antihistaminiques de première génération formellement contre-indiqué chez les patients âgés vu ses propriétés anticholinergiques puissantes qui provoquent, entre autre, de la confusion et des troubles cognitifs —> il peut parfois mimer une démence !

On se retrouve donc dans une cascade médicamenteuse :

Coversyl Plus°
—>Hyperuricémie
——>Zyloric°
———>Prurit
————>Atarax°
—————>Troubles cognitifs et hallucinations

Interventions pharmaceutiques :

Le Zyloric° n’est pas indiqué en cas d’hyperuricémie secondaire aux diurétiques sans antécédents de crises de goute ni de lithiases rénales —> Suspendre le traitement par Zyloric°.

L’Atarax° est contre-indiqué vu les troubles cognitifs et les hallucinations —> Suspendre le traitement.

Si le patient présente toujours du prurit malgré l’arrêt du Zyloric° et de l’Atarax°, préférer la cétirizine 10mg 1x/j au coucher dépourvue d’activité anticholinergique.

Résultats 2 semaines plus tard :

La patiente ne se gratte plus, n’a plus d’hallucinations ni de troubles cognitifs et a évité un médicament supplémentaire pour traiter sa pseudo-démence iatrogène ! De plus, elle a fait des économies en médicaments…

Pensez donc à toujours demander à vos patient sous Zyloric° s’ils manifestent des démangeaisons et si celui-ci a une indication valable (antécédent de crises de goute fréquentes et/ou de lithiases rénales) !

Evitez les antihistaminiques de première génération (Atarax°, Fénistil°, Nustasium°, R Calm°…) chez les patients âgés vu les risques cognitifs majeurs ! Toujours préférer les antihistaminiques de 2ème génération (cétirizine, loratidine…).

Nicolas Meunier, pharmacien clinicien

>>> Voir cet article sur Facebook