Toux sèche sur IECA

La toux sèche est un effet indésirable très fréquent des inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotension (IECA) :

– Périndopril (Coversyl°)
– Ramipril (Tritace°)
– Lisinopril (Zestril°)
– Enalapril (Rénitec°)
– …

Les IECA sont aussi contenus dans de nombreuses associations de médicaments antihypertenseurs au sein d’un seul comprimé et peuvent donc passés inaperçus :

– Coveram°, Zanicombo°, Zetoretic°, Preterax°, Co-Lisinopril°….

Bien que les causes les plus fréquentes de toux chronique soient les rhinites allergiques ou infectieuses, l’asthme et le reflux gastro-œsophagien (RGO), il faut garder en tête que les IECA, indépendamment de la dose administrée, représentent 15% des causes de toux chronique. Souvent, cet effet secondaire se manifeste dans la semaine suivant l’introduction du traitement par accumulation de bradykinines mais il peut apparaître jusqu’à six mois plus tard, d’où la difficulté diagnostic.

Lors de la délivrance d’IECA, des simples questions permettent de dépister la toux au comptoir :

– Avez-vous fréquemment une toux sèche ou des quintes de toux ?
– Avez-vous parfois la gorge qui gratte ou besoin de vous racler la gorge ?

Si c’est le cas, on contactera le médecin traitant pour lui proposer une substitution de l’IECA par un sartan qui ne cause pas de toux en veillant à avoir un suivi rapproché de la tension artérielle et des signes d’hypotension (vertiges au lever, chute…).

Si le patient est asthmatique ou souffre de RGO, il faut s’assurer de l’observance thérapeutique du patient (gestion de puffs et inhalateurs en cas d’asthme) ou éventuellement le référer chez son médecin traitant ou chez un gastro-entérologue s’il consomme fréquemment des antiacides en vente libre. On évitera les bétabloquants non cardio-sélectifs chez les patients asthmatiques (propranolol, carvédilol, sotalol, timolol en collyre..) et le médicament majorant le reflux chez un patient manifestant une RGO (amlodipine, lercanidipine, dérivés nitrés, biphosphonates, dabigatran, inhibiteurs des cholinestérases…).

Meunier Nicolas
Ph. Clinicien
Pharmalearny

Voir cet article sur Facebook