🚬Quand le sevrage tabagique tue ? ☠


Une patiente de 76 ans est admise Ă  l’hĂŽpital pour altĂ©ration de l’état gĂ©nĂ©ral avec vertiges. Ses antĂ©cĂ©dents mĂ©dicaux sont une fibrillation auriculaire traitĂ©e par Lanoxin° et une BPCO traitĂ©e par SĂ©rĂ©tide° 25/250mg 2x/j et Xanthium° (thĂ©ophylline) 200mg 2x/j. A l’admission, elle est tachycarde et prĂ©sente un rythme cardiaque irrĂ©gulier. On dĂ©cide de la placer sous antibiotique pour suspicion d’infection urinaire sur base de l’analyse urinaire.

Malheureusement 2 jours plus tard, la patiente prĂ©sente des crises Ă©pileptiques tonico-cloniques nĂ©cessitant l’administration de Temesta° en IV. Vu l’absence de fiĂšvre, de CRP et de lĂ©sions cĂ©rĂ©brales aigĂŒes dĂ©montrĂ©es au scanner, un dosage plasmatique de la thĂ©ophylline est rĂ©alisĂ© et montre un surdosage Ă  41,6mcg/ml (NR 10-19,9mcg/ml).

La thĂ©ophylline est directement suspendue. Le syndrome neurologique se rĂ©soudra rapidement les jours suivirent (absence d’épilepsie et de confusion). Malheureusement, la patiente dĂ©cĂšdera d’une septicĂ©mie en cours d’hospitalisation.

🚬 Pourquoi la patiente s’est-elle intoxiquĂ©e Ă  la thĂ©ophylline ?

Les 2 semaines prĂ©cĂ©dant son hospitalisation, la patiente avait dĂ©cidĂ© d’arrĂȘter de fumer. Elle fumait plus de 3 paquets de cigarettes par jour. Les hydrocarbures contenus dans la cigarette sont de puissants inducteurs de cytochrome P450 1A2 qui mĂ©tabolisent certains mĂ©dicaments dont la thĂ©ophylline qui est Ă  marge thĂ©rapeutique Ă©troite (une faible variation des concentrations plasmatiques suffit Ă  intoxiquer le patient).

🚬 Les fumeurs (20-40 cigarettes/jour) mĂ©tabolisent donc beaucoup plus rapidement la thĂ©ophylline que les non-fumeurs et nĂ©cessitent donc des doses plus Ă©levĂ©es pour ĂȘtre efficace.

⚠Lors d’un sevrage tabagique, on veillera donc Ă  rĂ©duire prĂ©ventivement les doses de thĂ©ophylline (-30%) aprĂšs une semaine. On avertira Ă©galement le patient des signes d’intoxication prĂ©coce de la thĂ©ophylline (nausĂ©es, vomissements, diarrhĂ©es, palpitations
) et on lui conseillera de consulter son mĂ©decin pour suivre de prĂšs sa thĂ©ophyllinĂ©mie (par prise de sang une semaine aprĂšs la modification de dosage). L’épilepsie est l’effet indĂ©sirable typique d’une intoxication grave Ă  la thĂ©ophylline.

⚠ En cas de dĂ©livrance de produits pour le sevrage tabagique (gums Ă  mĂącher, sprays, patchs), on consultera l’historique mĂ©dicamenteux du patient et on vĂ©rifiera l’absence de mĂ©dicaments normalement mĂ©tabolisĂ©s par le CYP1A2 qui risquerait d’intoxiquer le patient lors du sevrage. Ils sont peu nombreux, mais Ă  retenir :

  • ThĂ©ophylline, Xanthium° (risque d’épilepsie)
  • Clozapine, Leponex° (risque d’épilepsie)
  • Olanzapine, Zyprexa° (risque de sĂ©dation, hypotension et vertige)
  • Erlotinib, Tarceva° (les patients doivent arrĂȘter de fumer avant de commencer le traitement. Les bĂ©nĂ©fices cliniques de cet anticancĂ©reux sont diminuĂ©s chez les fumeurs)
  • MĂ©thadone (risque d’insuffisance respiratoire et de confusion)

⚠ On Ă©vitera d’utiliser la bupropione (Zyban°) comme mĂ©dicament anti-tabac chez les patients asthmatiques/BPCO sous thĂ©ophylline vu qu’il abaisse Ă©galement le seuil Ă©pileptogĂšne +++ (dose max recommandĂ©e 150mg/jour)

Nicolas Meunier, pharmacien clinicien

Références :

What are the clinically significant drug interactions with cigarette smoking ? NHS, Medicines Q&As

Theophylline Toxicity – A forgotten Entity, N Altaie, S Malik and S Robertson, BJMP 2011;4(1):a404