đŸ€° IEC et sartans en cas de grossesse ou de dĂ©sir de grossesse —> danger ! đŸ’Šâš ïž

Une Ă©chographie de routine rĂ©alisĂ©e Ă  la 30Ăšme semaine de grossesse chez une patiente de 39 ans a malheureusement rĂ©vĂ©lĂ© un anamnios potentiellement fatal pour le foetus : l’image Ă©chographique montrait l’absence totale de liquide amniotique et un repli du fƓtus liĂ© Ă  la constriction de l’utĂ©rus. La patiente est directement transfĂ©rĂ©e dans un hĂŽpital universitaire.

Le suivi obstĂ©trical de la patiente pendant son premier et deuxiĂšme trimestre de grossesse n’avait pas montrĂ© d’anomalies (Ă©chographie morphologique Ă  23 semaines) et ses 3 grossesses prĂ©cĂ©dentes s’étaient passĂ©es sans problĂšme et Ă  terme.

Cependant, à 30 ans, la patiente avait été diagnostiquée hypertendue et un traitement par Co-Diovane (valsartan 160mg/HCT 12,5mg) avait été prescrit 3 ans avant la derniÚre grossesse. Ce médicament a malheureusement été poursuivi pendant la grossesse malgré la contre-indication absolue.

En effet, aucun professionnel de la santĂ© ne s’était alertĂ© de ce mĂ©dicament et ne lui avait signalĂ© qu’il Ă©tait tĂ©ratogĂšne et contre-indiquĂ© en cas de grossesse alors qu’elle Ă©tait encore jeune et en Ăąge de procrĂ©er !

Effectivement, les IEC et les sartans peuvent causer une insuffisance rĂ©nale chez le fƓtus (comme chez l’adulte) entraĂźnant un dĂ©faut de production urinaire et donc un anamnios pouvant causer une toxicitĂ© fƓtale et nĂ©onatale pouvant ĂȘtre fatales.

Le Co-Diovane° a directement Ă©tĂ© suspendu Ă  l’admission Ă  l’hĂŽpital universitaire. 2 semaines plus tard, l’anamnios avait complĂ©tement disparu et la taille des reins et de la vessie Ă©taient normales. La fƓtus a prĂ©sentĂ© quelques complications avant le terme mais n’a gardĂ© aucun sĂ©quelle. L’enfant est en bonne santĂ© aprĂšs 2 ans de suivi rapprochĂ©.

Il est donc super important pour les professionnels de la santĂ© (mĂ©decins, pharmaciens, infirmiĂšres
) de toujours informer les femmes en Ăąge de procrĂ©er du risque tĂ©ratogĂšne Ă  la dĂ©livrance/prescription de ces mĂ©dicaments (IEC/sartan). Les informer qu’elles devront demander Ă  leurs mĂ©decins une alternative lorsqu’elles dĂ©sireront avoir un enfant.

Voici les recommandations de françaises à ce sujet :

đŸ€° Tous les IEC et les ARA II sont formellement contre-indiquĂ©s aux 2Ăšme et 3Ăšme trimestres de la grossesse et dĂ©conseillĂ©s au 1er trimestre.

đŸ€° Chez la femme en Ăąge de procrĂ©er, ce risque doit ĂȘtre pris en considĂ©ration dĂšs l’instauration du traitement. Il est indispensable d’alerter ces patientes des risques encourus et d’anticiper au mieux tout projet de grossesse.

đŸ€° Lors d’un projet de grossesse, le traitement par IEC ou ARA II doit ĂȘtre substituĂ© par une des alternatives compatibles avec la grossesse.

đŸ€° La dĂ©couverte d’une grossesse chez une patiente traitĂ©e par un de ces mĂ©dicaments doit conduire Ă  l’arrĂȘt du traitement et, si nĂ©cessaire, un traitement alternatif sera prescrit.

đŸ€° En cas d’exposition Ă  partir du 2Ăšme trimestre de la grossesse, il est recommandĂ© de stopper immĂ©diatement le traitement et d’effectuer une Ă©chographie fƓtale afin de vĂ©rifier le volume amniotique, l’aspect des reins et des os de la voute du crĂąne. Le nouveau-nĂ© devra ĂȘtre surveillĂ© sur le plan rĂ©nal (crĂ©atininĂ©mie, kaliĂ©mie) ainsi que sur le plan tensionnel si la mĂšre a Ă©tĂ© traitĂ©e jusqu’à l’accouchement.

Nicolas Meunier, pharmacien clinicien

Références :

Reversible Fetal Renal Impairment following Angiotensin Receptor Blocking Treatment during Third Trimester of Pregnancy: Case Report and Review of the Literature, Case Rep Obstet Gynecol. 2016; 2016: 2382031. Tal Saar, Lorinne Levitt, and Hagai Amsalem *

https://ansm.sante.fr/
/Rappel-IEC-ARA-II-et-grossesse-ne-j