AINS topique et Anticoagulant = hémorragie digestive sévère

Un patient de 75 ans, 100kg, est admis en revalidation après une pose de prothèse totale de hanche. Ses antécédents sont un infarctus du myocarde avec pose de stents en 1999 et des thromboses veineuses profondes à répétition.

Son traitement :

  • Fraxiparine 0,8ml sc 1x/j
  • Asaflow 80mg 1x/j
  • Losec° 10mg 1x/j
  • Bisoprolol 5mg 1x/j

A l’admission, il garde de sérieux œdèmes des membres inférieurs et on note une phlébite superficielle du membre supérieur droit. Un patch de Flector° (diclofénac) à mettre une fois par jour sur la phlébite est prescrit ainsi que de l’Hirudoïde° 3x/j.

3 jours plus tard, au milieu de la nuit, le patient appelle le médecin de garde car il présente une rectorragie importante (500ml de sang + caillots). Il est pâle, sa TA a chuté à 9/6 et sa FC a grimpé à 108 bpm. Il est immédiatement transfusé et transféré aux soins intensifs pour un état de choc hémorragique.

Analyse :

Le patient était à risque hémorragique important vu l’association de la fraxiparine 0,8ml prescrit en prévention de thromboses après une chirurgie orthopédique et de l’Asaflow° 80mg 1x/j (indiqué pour ses stents). L’ajout d’un AINS, même par voie cutanée, est à proscrire vu la majoration du risque hémorragique (passage en systémique).

Que retenir :

Chez un patient sous anticoagulant ou/et antiagrégant, il faut éviter de délivrer des AINS par voie orale et par voie locale (patch, pommade, crème…). Les AINS sont également à éviter chez les patients âgés > 65 ans (néphropathies, ulcères hémorragiques, cardiotoxicité…)

Nicolas Meunier, pharmacien clinicien